Passons aux choses sérieuses | Declan

Icare Belami
Chef Humaniste des Nobody
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 740
Messages RP : 16

Date d'inscription : 12/01/2017
Âge du joueur : 26
Doublures : Kabr Eliknis / Ashk'ente
Jauge d'influence : 625
Crédits : Akhee (avatar)
Avatar : Rick Genest

Âge : 33 ans
Statut marital : Célibataire
Code génétique : Être humain
Occupation : Chef de la cellule "Nobody"

Liens rapides :

Inventaire : – Batte de baseball
– Couteau de chasse
– Clopes (11)
– Firestar M43
– Silencieux


# Passons aux choses sérieuses | Declan   
Mer 20 Déc - 11:41

Recruter des Humanistes est une part essentielle de notre activité. Mais c'est aussi un truc foutrement chiant que je n'aime pas du tout faire. Heureusement pour moi, je suis le chef et je peux demander aux autres membres du groupe de s'occuper de trouver des petits nouveaux à intégrer à la cause. Ils se débrouillent d'ailleurs très bien sans moi pour trouver et recruter des éléments très prometteurs. Le plus souvent, ce sont des gens qui ont tout perdu, à qui il ne reste que peu d'espoir et plus rien d'autre à perdre, des gens désespérés et qui veulent enfin faire quelque chose de leur vie, se battre pour une cause qui vaut le coup de donner sa vie...Notre cause vaut le coup et mérite qu'on se batte, mérite qu'on donne sa vie, le nécessite même dans certains cas. Dernièrement, on a eu connaissance d'un élément qui sera très utile si il accepte de nous rejoindre. C'est Léa qui en a parlé. Il s'agit de son mari, qu'elle n'a pas vu depuis longtemps, depuis la mort de leur fils. Je sais tout ce qui compte sur elle et sur lui, tout ce qu'elle a pu me dire en tout cas. Et je ne suis pas le seul à avoir jugé qu'il était quelqu'un d'intéressant pour nous. Skyler est allé le voir, elle l'a jaugé, elle l'a testé et elle a obtenu de lui ce qu'on attendait.

Des membres de Nobody sont allés le chercher dans la soirée. Discrètement, ils l'ont suivi, dans les rues de Paris alors qu'il rentrait chez lui. Est-ce qu'il se doutait de quelque chose quand ils lui ont sauté dessus...? Peu importe en réalité, mais j'aurais aimé qu'ils n'aient pas à le frapper, si seulement il ne s'était pas défendu, il n'aurait pas pris un coup de matraque dans les reins. Quoi que se défendre quand quatre types vous sautent sur le râble pour vous mettre un sac en toile sur la tête semble être un réflexe tout à fait sain. Ce n'est pas important. Ils l'ont amenés dans un vieux bâtiment, un ancien hangar qui servait à entreposer les RER quand ces derniers fonctionnaient encore, quelque part sur la ligne B. C'est grand, vide et personne n'y passe jamais, l'endroit parfait pour ce genre de rencontre. Et parfait aussi pour que je m'adonne à mon petit loisir artistique.

Je peins le mur du fond du hangar, un espace vide de toute trace de peinture et légèrement craquelé par endroits. Les odeurs de solvants s'éparpillent dans l'air du hangar, les nuages de peintures fusent délicieusement et le dessin prend forme peu à peu. J'adore l'odeur des bombes de peinture, avoir de la couleur sur les doigts et tagger, tout simplement. Mais c'est un loisir dangereux parce qu'il nécessite que je sorte au grand jour, ou en pleine nuit. En plus, ces putains d'aliens ont gardé un point commun avec la société terrienne : ils détestent les glandus qui peignent sur leurs murs des messages révolutionnaires. C'est pourtant bien ce qui prend forme sur le mur. La nuit est déjà bien avancée et je fais ça en m'éclairant avec un spot qui fonctionne encore à l'électricité, grâce à une batterie.

Dans mon dos, j'entends les pas des kidnappeurs de Declan et le bruit mat de son corps qu'on laisse tomber sur le sol poussiéreux et bétonné. Je finis de combler un espace avec la bombe noire et me retourner vers lui. Je ne porte jamais de masque quand je peins, autre chose à foutre que de penser à ce genre de sécurité inutile. En revanche, ma grande capuche foncée cache encore ma tête. Un des hommes vient me dire ce qui s'est passé pendant qu'ils l'ont enlevé, cette rage qu'il a montré à vouloir répliquer. En tout cas, Léa n'a pas menti sur son physique impressionnant, il n'est pas du genre passe-partout le garçon. " Alors comme ça, c'est toi Declan. Léa dit que tu vaux le coup. Sky aussi. Tu fais tourner les têtes des filles dis moi, mais est-ce que tu vaux vraiment le coup hein ? " En règle générale, c'est Balem qui s'occupe d'aller voir les nouveaux à recruter, quand ils ont passé les premiers tests auprès d'autres membres de l'organisation. Il peut encore se promener librement dans les rues de Paris, aller voir ces personnes sans éveiller les soupçons. Mais je n'ai pas envie de risquer de perdre ce Declan, un professionnel du combat nous sera très utile. Et comme le dit Skyler, j'ai besoin d'entrainement...

_________________

I'm a little monster
There are no heroes...In life, the monsters win
Revenir en haut Aller en bas

Declan Hawk
Humain non-aligné
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Messages RP : 17

Date d'inscription : 30/10/2017
Jauge d'influence : 188
Crédits : Rainbow D.Ashe
Avatar : Jason Momoa

Âge : 37 ans
Statut marital : Marié
Code génétique : Être humain
Occupation : Prof de Yoga

Liens rapides :


# Re: Passons aux choses sérieuses | Declan   
Jeu 21 Déc - 12:33

Depuis sa rencontre avec Codie, Declan n'arrivait plus à se sortir tout cela de la tête. Ça n'était pourtant pas faute d'essayer, mais les longues heures de méditation auxquelles il devait se plier chaque jour, le temps qu'il passait à courir chaque jour ou à s'abrutir devant l'écran de télévision, rien ne suffisait. Il était resté quelques jours dans l'attente, sa paranoïa poussée à son paroxysme, à se retourner soudainement à chaque bruit dans son dos, à chaque mouvement au coin de ses yeux. La jeune femme lui avait dit qu'ils se reverraient, que son test n'était pas terminé, mais il ne savait pas à quoi s'attendre réellement et ça le rendait nerveux. De savoir Léa toujours en vie, cachée quelque part, peut-être même à l'observer parfois, avait le même effet. Mais pendant quelques jours, il ne se passa rien de plus, rien du tout. Ni Codie ni personne ne vint pour lui et l'homme finit par retrouver son calme, se replongeant finalement dans l'indifférence qui rythmait sa vie depuis trop longtemps. Peut-être qu'il n'était pas parvenu à lui faire si bonne impression que cela, peut-être que Léa avait changé d'avis finalement. Il continuait de se poser la question, mais cessait de chercher un visage connu dans les foules dans lesquelles il se perdait chaque jours.

Il croyait finalement avoir réellement tourné la page sur cette idée alors, qu'un soir de plus, il rentrait chez lui après le travail, à la lumière des lampadaires qui bordaient les rues parisiennes. Il n'avait même pas vraiment prêté attention aux ombres qui se dessinaient dans les recoins, pas avant qu'il ne soit trop tard en tout cas, et qu'il se retrouve soudainement acculé de toutes parts. Son premier réflexe avait été de lutter, aussi inutile cela soit-il à un contre quatre, il avait lutté jusqu'à ce qu'on parvienne à le mettre au sol. Il n'avait pas pensé à ce qui était en train de se passer, la douleur avait fini par occuper toutes ses pensées. Mais pendant le voyage, un sac sur la tête, la distance, il s'était dit... peut-être ? Ça n'était pas le genre de test auquel il s'était attendu et il avait probablement déjà échoué. Ou bien les Impériaux avaient appris pour sa conversation avec Codie, pour Léa et on l'emmenait subir un interrogatoire à l'abri des regards.

Les possibilités l'avaient occupé tout au long du chemin, trop long, plongé dans le noir et dans le silence, jusqu'à ce qu'on le force à bouger de nouveau et qu'on le balance comme s'il n'était rien sur un sol en béton glacé. L'odeur de peinture lui donna la nausée quand on lui retira le sac qui recouvrait son visage. L'air toujours enragé après s'être fait secouer comme ça, il s'appuya sur les paumes de ses mains pour se redresser, lancer un regard empli de menace à l'homme qui s'éloignait pour rejoindre ses compagnons, sans qu'aucun d'entre eux ne lui prête attention. Il regarda un instant la porte d'où ils venaient tous de disparaître comme s'il avait voulu lancer des éclairs avec ses yeux, mais une voix le ramena à ce qui se passait devant lui. Il leva les yeux vers l'homme caché dans l'ombre d'une capuche, lâchant un sifflement entre ses dents serrés alors qu'il se redressait encore, jusqu'à parvenir à se remettre debout. Une douleur importante irradiait dans son dos, mais il avait déjà vu pire et son instinct le poussait à ne pas montrer la moindre faiblesse maintenant. « J'suppose que c'est toi qui vas me le dire. » grinça-t-il sans ciller. C'était donc ça, c'était maintenant. Son « test ». Il essuya une plaie sur son visage du revers de la main. « Il se passe quoi, maintenant ? » demanda-t-il avec une certaine agressivité. Il ne comptait pas se laisser faire et ça se voyait.

_________________


Je suis né
Pour te connaître
Pour te nommer
Liberté.
Revenir en haut Aller en bas

Icare Belami
Chef Humaniste des Nobody
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 740
Messages RP : 16

Date d'inscription : 12/01/2017
Âge du joueur : 26
Doublures : Kabr Eliknis / Ashk'ente
Jauge d'influence : 625
Crédits : Akhee (avatar)
Avatar : Rick Genest

Âge : 33 ans
Statut marital : Célibataire
Code génétique : Être humain
Occupation : Chef de la cellule "Nobody"

Liens rapides :

Inventaire : – Batte de baseball
– Couteau de chasse
– Clopes (11)
– Firestar M43
– Silencieux


# Re: Passons aux choses sérieuses | Declan   
Mar 26 Déc - 9:44

Je n'ai jamais été très branché cinéma, ni télévision, j'en avais pas après tout. Mais ça m'arrivait de resquiller pour entrer dans un cinéma en fraude et me mater quand même un ou deux petits films de temps à autre. Et vous savez ce que j'adorais comme films ? Les vieux films d'espionnage, très théâtraux, avec des méchants grandiloquents qui racontent leurs plans diaboliques de domination du monde à l'espion capturé. J'ai toujours trouvé ça con, de soliloquer comme ça sur un plan pour frimer. Surtout que l'espion gagne toujours, puisque c'est lui le gentil. Mais si il y a bien une chose que j'aimais chez ces méchants, c'était le théâtral, le grandiloquent qu'ils mettaient dans leurs déclarations, dans leurs machines de mort et leurs plans pour venir à bout du héros. Quand j'étais gosse, et que je regardais ces films, je me disais pas que je voulais être le gentil. Je me disais que je voulais être le méchant et que je ferais tellement mieux qu'eux, puisque j'avais vu ces films. Peut-être que je ne suis pas encore très doué dans le côté théâtral de l'affaire, mais en tout cas, Declan est bel et bien fait comme un rat dans ce vieux bâtiment, quoi qu'il puisse en penser. Et vaudrait mieux pas qu'il tente de se faire la malle...

Agressif, hargneux, en colère aussi et prêt à en découdre encore si on l'attaque à nouveau. Etait-ce juste à cause de sa capture ou bien à cause des sentiments sous-jacents dont Léa m'a fait part...? Probablement un mélange des deux. Se faire attraper comme ça ne doit pas être bien plaisant. Je m'avance un peu vers lui, le regardant un peu plus en détails. La question lancée avec une agressivité certaine me fait lever les mains, dont l'une tenait toujours un bombe de peinture. " Oh oh ! On a encore envie de se battre hein ? " Je ricane à l'idée. Aucune chance pour moi de gagner à la loyale avec un animal pareil, il doit bien faire dix bons centimètres de plus que moi et être au moins vingt-cinq kilos plus lourds. J'ai la chance d'être plus agile et plus rapide, du moins c'est ce que j'espère si jamais il s'énerve et décide de me faire manger un de ces battoirs qui lui servent de mains.

" Maintenant, c'est très simple tu vois. Je sais déjà ce que tu sais faire, ta femme m'a parlé de tout ça, pour me convaincre qu'il fallait te recruter. Mais...J'ai un doute concernant ta volonté. Tu bosses avec ces putains d'envahisseurs après tout, t'es rentré dans le moule comme un gentil mouton et t'as rien fait pour te venger de ce qui s'est passé. " Quelques pas de plus pour me retrouver tout près de lui et j'enlève ma capuche, dévoilant ma face tatouée que l'on voit sur les affiches un peu partout en ville. Je ne souris pas, je me contente de fixer sur lui mon regard perçant. " Alors maintenant, il va falloir que toi, tu me convainques que t'as quelque chose à foutre chez nous. Et j'aime autant te dire que t'as intérêt à être persuasif. "

_________________

I'm a little monster
There are no heroes...In life, the monsters win
Revenir en haut Aller en bas

Declan Hawk
Humain non-aligné
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Messages RP : 17

Date d'inscription : 30/10/2017
Jauge d'influence : 188
Crédits : Rainbow D.Ashe
Avatar : Jason Momoa

Âge : 37 ans
Statut marital : Marié
Code génétique : Être humain
Occupation : Prof de Yoga

Liens rapides :


# Re: Passons aux choses sérieuses | Declan   
Ven 29 Déc - 13:24

Les dents serrées avec force, Declan luttait pour ne rien laisser paraître d'autre qu'une colère inébranlable à l'homme lui faisant face, dont il distinguait à peine les traits sous l'ombre de sa capuche. La douleur s'imposait encore dans ses reins, mais rien au monde n'arriverait à le convaincre de lâcher prise en ce moment. Ils avaient de drôles de façon d'agir dans cette organisation. Il y avait peut-être de quoi se montrer méfiant et imposer des règles dès le départ, mais il fallait être bien motivé pour se faire recruter visiblement et Declan n'était pas encore certain de l'être. « J'aime pas tellement me faire taper dessus sans raison. Je serais venu si vous aviez demandé gentiment. » grinça-t-il alors que l'homme s'inquiétait de le voir encore aussi combatif. Il serait venu, oui et il se serait plié à toutes leurs demandes sans doute. Mais là... Il allait être blessé et pourrait difficilement bouger pendant plusieurs jours et ça allait forcément attirer l'attention sur lui au centre sportif et tout ça pour quoi ? Il avait à la fois hâte de l'apprendre et vraiment aucune envie de savoir, tout à coup.

La raison de sa présence ici ne tarda pas à tomber, cependant et d'entendre une fois de plus parler de sa femme ainsi, du drame qui avait brisé leur vie, lui arracha une nouvelle grimace haineuse. Au moins cette fois eut-il l'occasion de poser son regard brûlant de colère sur le véritable visage de son interlocuteur. Un léger mouvement de recul le prit en voyant la face tatouée entièrement, semblable au masque de la Mort, qu'il reconnut pourtant rapidement comme celui d'un éminent terroriste recherché partout dans Paris. Voilà donc avec quel genre de personnes sa chère femme frayait désormais et elle espérait réellement qu'il rejoigne sa cause ? Quelqu'un devait-il lui rappeler que ses parents resteraient derrière s'il faisait ça ? Malgré tout, ce que venait de lui dire cet homme faisait son chemin dans l'esprit de Declan. Il était entré dans le rang, sans broncher, sans rien faire pour son fils. L'admettre pour lui-même restait déjà difficile, mais à un inconnu encore plus.

« Fallait bien que quelqu'un s'occupe de notre famille pendant que Léa jouait les justicières avec vous, pas vrai ? » grogna-t-il de nouveau. Il fallait vraiment qu'il convainque ce type de quelque chose ? Visiblement, tout le monde dans cette organisation manquait de bon sens au point de ne pas comprendre son choix, ce serait donc forcément compliqué. « J'ai fait ce que j'avais à faire pour ma femme, pour ses parents, pour qu'on puisse tous continuer à vivre au lieu de pourrir dans un trou pour ces choses. Tu veux savoir si ça me rend malade de vivre dans ce monde et si j'suis motivé à donner de ma personne pour changer les choses ? La réponse est oui. Oui, j'aimerais bien leur exploser le crâne à tous et leur faire payer ce qui est arrivé à mon fils. Oui, si je pouvais je suivrais les traces de Léa pour vous aider, j'ai plus rien à perdre. Mais c'est pas le cas de ses parents qui sont trop vieux pour vous être utiles et qui pourriront dans leur petit appartement vide si personne ne s'y intéresse. C'est quelque chose que vous pouvez comprendre au-delà de vos grands principes, peut-être ? »

_________________


Je suis né
Pour te connaître
Pour te nommer
Liberté.
Revenir en haut Aller en bas

Icare Belami
Chef Humaniste des Nobody
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 740
Messages RP : 16

Date d'inscription : 12/01/2017
Âge du joueur : 26
Doublures : Kabr Eliknis / Ashk'ente
Jauge d'influence : 625
Crédits : Akhee (avatar)
Avatar : Rick Genest

Âge : 33 ans
Statut marital : Célibataire
Code génétique : Être humain
Occupation : Chef de la cellule "Nobody"

Liens rapides :

Inventaire : – Batte de baseball
– Couteau de chasse
– Clopes (11)
– Firestar M43
– Silencieux


# Re: Passons aux choses sérieuses | Declan   
Mar 9 Jan - 10:58

Ce que j'aime particulièrement quand je dévoile qui je suis de manière théâtrale, c'est le recul que les gens ont, cet espèce de mouvement qu'ils ont systématiquement. Déjà avant d'être connu, les gens avaient ce genre de mouvements en me voyant, en voyant mon visage tatoué. Depuis que ma tête est placardée dans tout Paris, c'est encore plus drôle de les voir faire ça. Comme tous les autres, il reconnait ce visage tatoué, de là à savoir si ça le fait flipper...Je ne crois pas quand même, il est plus en colère que flippé là à mon avis. Peut-être que je le serais si on m'avait amené ici en me tabassant mais ça fait partie du folklore de l'organisation terroriste secrète. Ou pas. Dans tous les cas, c'est arrivé alors pas la peine d'en faire un fromage maintenant. Il y a bien plus important maintenant, des choses bien plus intéressantes dont il faut parler.

Mais ce n'est pas une histoire de justicier, ou d'abandonner des proches. Non, ça n'a rien à voir avec être un héros ou un justicier, on ne joue pas à Batman. Maintenant, si il pense réellement qu'il s'agit de quelque chose comme ça, alors deux membres du groupe qui j'estime beaucoup se sont plantées comme jamais sur ce qu'on peut faire de lui et ça va chier. Parce que ça m'énerve de perdre mon temps avec quelqu'un qui pense encore à sa famille et qui croit que le but c'est de sauver ceux qui sont présents ici. Bordel, aucun de ces clowns n'a donc de vision à long terme des choses...? Est-ce que je suis le seul putain de mec sensé de cette bordel de merde de planète à la con...? C'est comme quand on nous parlait du réchauffement climatique. Ce n'était pas nous que ça concernait mais c'était à nous de faire quelque chose, pour le futur, pour les générations qui allaient arriver après nous. A cette époque, j'en avais rien à foutre. Maintenant, ce n'est plus le cas, c'est pour ceux d'après qu'il faut se battre, pas pour nous-mêmes.

Le pire en fait, c'est que ce Declan a l'air de penser que je peux le comprendre. Je sais bien qu'il ne me connait pas plus que ça, mais quand même. Est-ce qu'on a vraiment l'air d'un groupe qui se soucie des "vieux laissés derrière" ? Nan je crois pas nan. Et si Skyler lui a donné cette impression...Merde ça craint voilà. C'est à moi de lui faire comprendre maintenant que non, on s'en fout grave et que c'est même pas le sujet là à l'heure actuelle. Je soupire un peu. " En fait, non, c'est quelque chose que je ne peux pas comprendre. Peut-être que certains le peuvent, peut-être que Sky t'a dit qu'elle pouvait comprendre. Mais moi, c'est quelque chose que je ne comprends pas le moins du monde. " La famille...Quelle connerie sans déconner. On se prend la tête avec, on s'inquiète pour eux, ils s'inquiètent pour vous...C'est le bordel. Qui a besoin de ça...?

" Honnêtement, dis à ta femme pour ses vieux, parce que ça ne risque pas de m'émouvoir. Peut-être qu'il y en a qui ont encore des choses à perdre, genre leurs parents ou ce genre de choses, mais je n'ai jamais rien eu à perdre, alors franchement si on est en train de se demander si ça vaut le coup de laisser des vieux derrière soi pour sauver notre planète entière de cette merde...Alors je dirais oui sans hésiter une seconde. Parce que de toute façon, si tu gardes ta petite vie minable, ça va changer quoi ? Ils vont avoir une fin de vie agréable c'est ça ? Et c'est mieux de se dire qu'ils vont mourir à peu près heureux avec leur beau-fils que de se dire que t'auras fait quelque chose pour éliminer la menace qui pèse sur le monde...? Soyons sérieux deux minutes tu veux... "

_________________

I'm a little monster
There are no heroes...In life, the monsters win
Revenir en haut Aller en bas

Declan Hawk
Humain non-aligné
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Messages RP : 17

Date d'inscription : 30/10/2017
Jauge d'influence : 188
Crédits : Rainbow D.Ashe
Avatar : Jason Momoa

Âge : 37 ans
Statut marital : Marié
Code génétique : Être humain
Occupation : Prof de Yoga

Liens rapides :


# Re: Passons aux choses sérieuses | Declan   
Ven 12 Jan - 9:04

L'éclair de compréhension et de compassion ne traversa jamais les yeux de l'homme au visage tatoué. Était-ce réellement étonnant ? Les mâchoires du géant se crispèrent de plus belle, alors que son interlocuteur lui remettait les idées en place de la manière la plus exécrable qui soit. Avec détachement, jugement même. Pour la première fois depuis longtemps, Declan se sentit comme un pauvre rien. Un abruti tellement inconscient de ce qui comptait réellement dans le monde. Il n'aimait pas cela, mais que son ego lutte si fortement pour se détacher de ce sentiment ne servait à rien du tout. Ça ne l'apaisait pas et ça ne démolissait pas l'argumentaire du tatoué, abattait seulement les convictions pour lesquelles il prétendait se battre depuis plusieurs années. Et s'il se trompait réellement, après tout ? Et si Léa avait su voir quelque chose qui lui échappait totalement ? Il pensait au présent, au futur proche. Bien sûr que la présence des aliens l'horrifiait, un peu plus chaque jour d'ailleurs, mais... Le besoin immédiat d'améliorer les choses prenait le pas sur la vision à plus long terme.

Quelques secondes de silence accueillirent la diatribe du terroriste, alors que le barbu cherchait à organiser ses propres pensées, à faire le tri dans ses propres certitudes, pour trouver celle d'importance, celle qui l'aiderait à savoir s'il voulait s'en aller d'ici sans plus jamais penser à cette histoire ou tenter de toutes ses forces de se faire accepter par ces inconnus. Son regard se vrilla à celui de son opposant et sans le lâcher, il pesait les mots qu'il venait d'entendre et les laissait faire leur chemin dans son crâne. Jusqu'à ce qu'ils forment une réponse pour lui-même. Assez convaincante pour qu'il se sente d'attaque à la partager.

« Admettons que tu aies raison, admettons que je sois intéressé par ce que vous défendez et par la manière dont vous le faites... » souffla-t-il sans ciller. « Que j'ai envie de vous aider, pas juste de retrouver Léa, mais réellement d'agir pour changer les choses. Qu'est-ce que t'attends de moi, maintenant ? » Codie lui avait parlé d'un test, vaguement, sans jamais lui dire ce dont il s'agissait et il comprenait sans doute l'intérêt de rester mystérieux sur son point. Mais, et s'il avait déjà raté ce test sans le savoir ? En osant s'inquiéter un instant de sujets aussi triviaux que la vie des derniers membres de sa famille, en ayant eu la faiblesse de se montrer simplement humain... Il s'était battu contre les hommes venus le chercher, leur avait résisté et s'en sortait plutôt bien compte tenu de la façon dont on lui était tombé dessus. Physiquement, il entrait certainement dans les critères de sélection. Moralement... Il le pourrait certainement aussi. Ce serait forcément difficile de tourner le dos à son existence aussi simplement que cela, mais il savait déjà qu'il le ferait, pour la simple et bonne raison qu'il était encore là à parler avec ce type au lieu de lui dire bien vulgairement d'aller se faire voir.

_________________


Je suis né
Pour te connaître
Pour te nommer
Liberté.
Revenir en haut Aller en bas

Icare Belami
Chef Humaniste des Nobody
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 740
Messages RP : 16

Date d'inscription : 12/01/2017
Âge du joueur : 26
Doublures : Kabr Eliknis / Ashk'ente
Jauge d'influence : 625
Crédits : Akhee (avatar)
Avatar : Rick Genest

Âge : 33 ans
Statut marital : Célibataire
Code génétique : Être humain
Occupation : Chef de la cellule "Nobody"

Liens rapides :

Inventaire : – Batte de baseball
– Couteau de chasse
– Clopes (11)
– Firestar M43
– Silencieux


# Re: Passons aux choses sérieuses | Declan   
Ven 12 Jan - 12:00

Je soutiens son regard sans broncher, il n'est pas le premier à me regarder de la sorte et il ne sera certainement pas le dernier. Les gens ont tendance à ne pas me porter dans leur cœur, c'est un fait. Mais à défaut de m'apprécier, tous ne désirent pas forcément me faire la peau. Avec lui, je ne sais pas encore ce qu'il va vouloir faire. Je comprendrais qu'il veuille me faire la peau, même si je ne vais pas du tout apprécier qu'il le fasse, c'est certain. Lui non plus cela dit vu qu'on n'est pas vraiment tous seuls et que les autres ne le laisseront pas me tabasser à mort. Du moins j'espère.

Il semblerait que j'ai réussi à utiliser les bons mots pour parler à ce Declan. Je ne peux m'empêcher d'avoir un petit sourire narquois quand je pense à ce qu'on a déjà pu faire pour notre cause. Au moins, il est au courant et cela ne semble pas le déranger plus que ça. C'est assez rare que des gens ordinaires soient si peu touchés par nos méthodes et notre manière de faire, ils sont tous si choqués par les morts, les blessés, les drames...Tout ce qui touche de près ou de loin à des terroristes rend tout le monde complètement parano, c'était le cas avant l'invasion, c'est toujours le cas. Notre discussion peut enfin devenir sérieuse, maintenant que les arguments du "bien de tous" l'ont emporté face à ceux de l'intérêt d'une ou deux personnes. Il est raisonnable, ou du moins, il en donne l'impression. Mais ce qu'il convient de faire désormais est bien plus compliqué que tout ce qu'il peut penser.

" Je vois que tu sais ce qui est le mieux, c'est bien. Parce que ça m'aurait embêté de ne pas pouvoir compter sur toi. Rapport à Léa tu vois, je l'apprécie tu sais. " Je m'arrête, ma remarque peut parfaitement prêter à confusion sur le type de relations que j'ai avec sa femme. Et même si l'avis des gens a tendance à ne pas m'intéresser outre mesure, ça me ferait mal qu'il croit que je me tape sa femme. Je reprends donc après un léger blanc " Je veux dire par là que c'est un peu une amie. Ne vas pas te faire des idées surtout. " Je n'ai pas envie de parler de ça plus longtemps, on a d'autres chats à fouetter. Je retourne grapher sur le mur, voulant par là montrer que la conversation pourrait être moins tendue qu'elle ne l'était jusqu'ici.

Alors que l'odeur de peinture fraiche se renforce à nouveau, je recommence à parler, restant de dos. " Tu sais ce que l'on fait, quels sont nos buts, nos méthodes également. Ce qu'on attend de toi particulièrement est en rapport avec ton ancien métier, celui que tu ne peux plus faire à cause des petits hommes verts. Vois-tu, nous avons beau être organisés, beaucoup d'entre nous n'ont pas de réel entrainement. Ce qu'on espère de toi, c'est que tu acceptes de donner des cours à ceux qui en ont besoin. " Maintenant que ce qu'on attend vraiment de lui a été dit, ce sera surement plus simple. Après tout, on n'attend pas de lui qu'il plonge dans les bas-fonds avec nous et qu'il vive dans l'illégalité. Tout le monde ne le fait pas, même chez nous.

_________________

I'm a little monster
There are no heroes...In life, the monsters win
Revenir en haut Aller en bas

Declan Hawk
Humain non-aligné
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Messages RP : 17

Date d'inscription : 30/10/2017
Jauge d'influence : 188
Crédits : Rainbow D.Ashe
Avatar : Jason Momoa

Âge : 37 ans
Statut marital : Marié
Code génétique : Être humain
Occupation : Prof de Yoga

Liens rapides :


# Re: Passons aux choses sérieuses | Declan   
Lun 22 Jan - 9:50

Ce fut un effort presque douloureux pour Declan d'accepter de se détendre légèrement et à peine parvint-il réellement à desserrer les dents après avoir osé demander ce qu'on attendait de lui. Il n'était pas sûr, un peu paumé au milieu de tout cela, de ce qu'il croyait être, du retour de Léa, de ce qu'il croyait vouloir... Mais si on ne lui donnait pas le temps de réfléchir, peut-être qu'il n'aurait pas le temps non plus de regretter ? Hélas, cette théorie se révéla fausse trop rapidement, alors que l'homme face à Declan lâchait quelques mots, innocents, qui laissaient passer des sous-entendus trop facilement. Le barbu sentit ses muscles se tendre de nouveau et bien que le tatoué opposât un démenti rapidement, le mal était fait. Declan était beaucoup trop nerveux pour prendre tout cela avec sérénité, ce qui n'était visiblement pas le cas de son interlocuteur qui retournait à ses graffs sans plus de cérémonie.

Il fallut attendre encore quelques minutes pour que l'irlandais sache enfin ce qu'on attendait de lui. Les entraîner. Rien de très compliqué, rien qu'il ne saurait faire avec des élèves probablement assez motivés pour s'en donner la peine. « C'est tout ? Juste donner des cours ? » demanda-t-il pourtant, toujours plus nerveux qu'incrédule. « J'imagine que c'est dans mes cordes. » Apprendre à d'apprentis terroristes à se battre, ce serait simple. Peut-être trop simple ? Était-il devenu paranoïaque sans raison ? Car à l'instant, Declan trouvait tout cela beaucoup trop aisé et ça ne faisait que le stresser un peu plus. Il faudrait qu'il rencontre les gens qu'il aurait à entraîner, qu'il passe du temps avec eux, même si on le surveillait toujours d'un œil pendant ses cours. Ça ne pouvait pas être aussi facile, on continuerait de le surveiller, de le mettre à l'épreuve pour s'assurer qu'il n'irait pas informer qui que ce soit de l'identité des élèves, non ? « Mais ça implique que vous me fassiez confiance, non ? Pour me laisser voir les visages de vos membres. Alors comment tu vas décider si ça en vaut la peine ou non ? Ma seule parole ne suffit pas, tu me connais pas, peu importe ce qu'a dit Léa, elle me connaît pas plus que toi, plus maintenant. »

Cet homme ne lui plaisait pas, pas du tout, mais une chose était certaine aux yeux du barbu : ça n'était pas un total crétin non plus. Il savait ce qu'il faisait, il savait où il allait et comment éprouver les bonnes personnes pour obtenir ce qu'il voulait. Il était assez malin, en tout cas, pour avoir son visage placardé partout dans les rues de la ville et s'en sortir quand même en menant un groupe de terroristes. « Surveillance ? Période d'essai ? Épreuve quelconque ? » Il y aurait forcément quelque chose, une manière ou une autre pour Declan de prouver sa motivation et sa bonne foi et il n'était pas certain d'avoir hâte de découvrir laquelle.

_________________


Je suis né
Pour te connaître
Pour te nommer
Liberté.
Revenir en haut Aller en bas

Icare Belami
Chef Humaniste des Nobody
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 740
Messages RP : 16

Date d'inscription : 12/01/2017
Âge du joueur : 26
Doublures : Kabr Eliknis / Ashk'ente
Jauge d'influence : 625
Crédits : Akhee (avatar)
Avatar : Rick Genest

Âge : 33 ans
Statut marital : Célibataire
Code génétique : Être humain
Occupation : Chef de la cellule "Nobody"

Liens rapides :

Inventaire : – Batte de baseball
– Couteau de chasse
– Clopes (11)
– Firestar M43
– Silencieux


# Re: Passons aux choses sérieuses | Declan   
Lun 19 Fév - 17:12

" Juste des cours, si on veut. Je ne peux pas en attendre beaucoup plus de quelqu'un que je connais pas. Pas encore du moins. " Il va me falloir un peu de temps pour apprendre à le connaître, à savoir comment il est réellement et pas juste faire confiance à ce que j'ai pu entendre, de-ci de-là, même si j'accorde beaucoup de confiance à Léa et Sky pour juger les gens. Mais on va se connaître, après tout, on risque d'en passer du temps ensemble, lui et moi. Mon "œuvre" est pratiquement terminée, un œil averti aurait reconnu le style de celui que j'étais autrefois, le tagger connu dans Paris dont on recherchait le nouveau dessin partout...Plus personne ne les cherche maintenant, sauf peut-être les autorités, pour les recouvrir immédiatement. Je suis passé de la revendication artistique à l'engagée, dépeignant un Paris à feu et à sang ou sous contrôle alien. Rien de très extraordinaire, je ne sais même pas si c'est si artistique que certains l'ont pensé...

" Du genre à toujours avoir des questions hein ? " En fait, ça me fait rire. Il est bien plus méfiant que la plupart des types qu'on a confrontés. Est-il complètement paranoïaque ? Je suppose que ce n'est pas un mal, il faut bien l'être un peu pour survivre dans notre monde. " On va te surveiller, tu t'en doutes. Tes vieux aussi. Juste histoire de voir ce que tu fais, à qui tu parles, 'fin tout ça quoi. Du classique j'ai envie de dire. " Quelques jets de peinture et je balance les bombes sur mon sac à dos qui trainait dans le coin avant de prendre enfin un peu de recul pour observer tout ça d'un peu plus loin. Ouais c'est pas mal du tout quand même. Une Tour Eiffel sous un ciel plein de vaisseaux extraterrestres, accompagnée de la devise latine de Paris, une des seules locutions latines que je connaisse : "Fluctuat nec mergitur".

Je me tourne vers Declan, alors que je ne dois plus être qu'à un pas, avec le recul pris pour voir le mur. " Quant à te faire confiance...Eh bien vois-tu, je vais être le seul que tu vas voir, jusqu'à ce qu'on te fasse confiance justement. On te communiquera l'heure et le lieu des rendez-vous à l'avance et on se retrouvera tous les deux. " Skyler était contre cette idée. Elle voulait qu'il y a toujours des gens quand on se verrait, lui et moi. Même si pour ce premier rendez-vous, ça me semblait nécessaire, pas besoin pour les autres. Ce serait même trop dangereux pour les autres. J'assumerai seul d'avoir voulu faire confiance à quelqu'un, pas question de laisser quelqu'un se faire emprisonner pour moi. " Quand j'aurai vraiment confiance en toi, tu pourras passer aux autres. Encore des questions ? "

_________________

I'm a little monster
There are no heroes...In life, the monsters win
Revenir en haut Aller en bas

Declan Hawk
Humain non-aligné
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Messages RP : 17

Date d'inscription : 30/10/2017
Jauge d'influence : 188
Crédits : Rainbow D.Ashe
Avatar : Jason Momoa

Âge : 37 ans
Statut marital : Marié
Code génétique : Être humain
Occupation : Prof de Yoga

Liens rapides :


# Re: Passons aux choses sérieuses | Declan   
Mer 21 Mar - 9:28

C’était presque trop facile. Des cours, seulement des cours. L’homme confirmait, mais Declan refusait toujours de croire que ce soit si simple. Il essaya de trouver le piège. Peut-être que sa paranoïa allait trop loin, mais il y avait forcément un piège. Léa seule ne pouvait pas avoir convaincu tout une institution terroriste qu’il était une personne de confiance. Il y avait eu Coddie, aussi. Mais leur rencontre n’avait pas été si bonne, n’est-ce pas ? Elle semblait nerveuse, se souvenait Declan. Comme si elle avait peur de le voir devenir violent, en plein milieu d’une rue bondée. Son regard glissa sur l’homme et il se demanda un instant ce que Léa pouvait bien avoir raconté à son sujet pour qu’on veuille de lui, pour qu’on le craigne même un tout petit peu. Pour qu’il n’y ait rien de plus que des cours à donner, une surveillance à subir.

La proximité de l’homme le mettait mal à l’aise. Ses muscles se tendirent subrepticement alors qu’il baissait les yeux sur son visage et serrait la mâchoire en absorbant toutes les informations. Un seul élève, personne d’autre que ce type jusqu’à ce qu’il ait prouvé qu’il était digne de confiance. C’était déjà un peu plus cohérent. Et bien moins intéressant, soudainement. Un léger, très léger vent de panique traversa Declan et il se mordit la lèvre comme s’il essayait de retenir des mots de s’y former. Le tatoué s’inquiétait de savoir s’il avait encore des questions. “Juste une.” lâcha-t-il, bien avant de réaliser ce qu’il faisait. Il n’en avait qu’une, oui. Une seule. Et il n’était pas certain d’avoir envie de la poser. D’autant qu’il connaissait déjà la réponse, n’est-ce pas ? Coddie lui avait déjà répondu et ce que ce type venait de lui dire était déjà bien assez clair comme ça.

C’était désagréable. De ressentir ça. Ce besoin, cette curiosité. Soudain, Declan se sentait d’autant plus en colère, contre lui-même et contre ces gens qui venaient détruire sa vie pour leur grande cause. “Quand est-ce que je pourrais voir ma femme ?” demanda-t-il finalement, incapable de trouver autre chose à demander que ce qu’il voulait réellement savoir. Sa femme. Il ne l’avait pas appelé comme ça depuis si longtemps. Mais c’était bel et bien ce qu’elle était, n’est-ce pas ? Un divorce jamais prononcé et visiblement, elle n’était pas morte alors… L’idée de la revoir, après toutes ces années, le rendait plus nerveux que celle de travailler pour ces gens. C’était désespérant, révoltant. Il se haïssait pour cela, mais après tout ce temps, il méritait bien de lui parler, de la confronter à ce qu’elle avait fait à leur famille, non ? “Je ferais ce que vous me demandez, mais avant ça, je veux la voir, je veux être sûr qu’elle est en vie et que vous ne vous foutez pas de moi.” Par ce mensonge, il espérait garder la face, ne serait-ce que pour lui-même, mais ça n’était rien d’autre. Il n’avait pas douté un seul instant que ce soit réellement Léa qui les avait menés jusqu’à lui. Que tout ça était sa faute.

_________________


Je suis né
Pour te connaître
Pour te nommer
Liberté.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

# Re: Passons aux choses sérieuses | Declan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Passons aux choses sérieuses | Declan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînons-nous, avant les choses sérieuses. [Solo-FB]
» [terminé] Aria et Ezra: ils passent aux choses sérieuses !
» On démarre les choses sérieuses [libre]
» Les Mystérieuses Cités d'Or, le film !!!!
» [Archive 2006] Le Samain, ma vision des choses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alienation :: Paris :: Autour de Paris-
Sauter vers: